Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 18 mai 2016 à 18h

Manifestation contre les violences policières

Depuis plus de deux mois, les salarié-e-s, étudiant-e-s, lycéen-ne-s, retraité-e-s et privé-e-s d'emploi se mobilisent fortement contre la « Loi Travail », loi antisociale qui dénature nos conditions de travail présentes et à venir.

Face à ces mobilisations, soutenues majoritairement dans la société, le gouvernement Valls/Hollande répond par un double « déni de démocratie » : d'abord l'usage de l'article 49-3 de la Constitution pour suspendre tout débat et vote de l'Assemblée Nationale et ensuite une répression policière qui s'abat sur nos mobilisations depuis deux mois.

Cette usage irraisonné et disproportionné de la violence, partout en France, n'a qu'un but : délégitimer et criminaliser les mouvements sociaux. Pour le gouvernement, quelques vitrines taguées ou brisées valent plus que la liberté de manifester et que notre intégrité physique !

A Lille, cette répression s'est abattue sans distinction sur l'ensemble des manifestant-e-s lors de la mobilisation du 12 mai, ce qui dénote un changement radical d'attitude des « forces de l'ordre ». Ainsi, nous déplorons un bilan lourd avec plusieurs dizaines de blessé-e-s.
Nous, organisations signataires, réaffirmons notre solidarité totale avec les victimes de violences policières et la nécessité d'être unis dans la lutte.

Nous revendiquons :
- la fin des interpellations arbitraires qui, par exemple, ont concerné une quinzaine de personnes le 12 mai à Lille ;
- l'arrêt de l'utilisation des FlashBalls et des grenades de désencerclement par les « forces de l'ordre » ;
- le retrait total de la Loi Travail et la levée de l'« état d'urgence » qui permet l'impunité policière ;

Membres ou non d'organisations syndicales ou politiques, de comités de mobilisation ou d'AG interluttes, nous avons tou-te-s subi la même répression ce jeudi 12 mai !

Alors que le « syndicat » Alliance-CGC, proche de la droite et de l'extrême-droite, se mobilise ce mercredi 18 mai contre une « haine anti-flics », qui n'est qu'une conséquence de la stratégie mortifère du gouvernement, nous appelons à nous mobiliser ce même jour contre les dérives autoritaires, qu'elles soient parlementaires ou policières.

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir