Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

samedi 9 décembre 2017 à 18h

Le RIF entre Histoire, actualité et état des droits humains.

Dans le cadre des débats du Salon du Livre des Droits Humains, 4ème édition sous le thème "Liberté, j'écris ton nom! -La lutte du Rif pour la Dignité au Maroc-"

Page Facebook du Salon!

Samedi 9 décembre à 18h00

Avec:

Khadija Ryadi: Prix des droits de l'Homme de l'ONU, ex-présidente de l'AMDH, coordinatrice de la CMODH(Coordination Maghrébine des Organisations de Droits Humains)

Rosa Moussaoui: Journaliste à L'Humanité. Auteure de plusieurs articles, récits et témoignages sur la situation dans le Rif et son mouvement de contestation populaire.

Said Bouamama: Sociologue et militant associatif. Auteur notamment de "Figures de la révolution africaine" et "La Tricontinentale, les peuples du Tiers-Monde à l'assaut du ciel".

>> "de Abdelkrim El Khattabi au Hirak, la mémoire au service de la lutte" Par Said Bouamama

>> "Récit d'une contestation populaire au Rif" Par Rosa Moussaoui.

>> "du Mouvement 20 février au Hirak du Rif: l'état des droits humains au Maroc?" Par Khadija Ryadi

******************************************************************************

******************************************************************************

# La région du Rif (Nord du Maroc) connaît un mouvement de contestation populaire et pacifique depuis le 28 octobre 2016.

Durant cette année de contestations et de manifestations, plusieurs atteintes graves aux droits humains ont été dénoncées, aussi bien par les associations marocaines que par les organisations internationales de défense des droits humains, dont Amnesty International, HRW, FIDH et l'AMDH, soulignant une régression dangereuse en matière de respect des libertés et des droits fondamentaux.

Tout a commencé avec la mort atroce de Mohcine Fikri, jeune vendeur de poisson, broyé dans un camion-benne, sous les yeux des autorités, en tentant de récupérer la marchandise que ces derniers lui ont confisqué. Cet acte criminel est symptomatique aux yeux de la population locale de l'humiliation et de la Hogra quotidienne qu'elle subit depuis des années (comme d'autres régions du Maroc dit "inutile"). C'était le symbole d'un régime qui broie ses citoyens en toute impunité depuis des décennies et qui continue à broyer leur dignité et par conséquent tout espoir de justice sociale et tout espoir d'un état de droit et d'une véritable démocratie.

C'est ainsi que la population d'Al Hoceima et de la région du Rif est sorti, de façon pacifique et non violente, dans la rue pour réclamer justice pour Mohcine Fikri en premier lieu. Puis, les revendications se sont élargies tout naturellement à des revendications sociales, économiques et culturelles. Des revendications sommes toutes banales: des écoles et universités pour s'instruire, des hôpitaux pour se soigner, des investissements pour donner à une population longtemps marginalisée le droit à un travail digne, et des infrastructures et services publics pour désenclaver la région.

Face à ces revendications justes et légitimes, le régime marocain répond, encore une fois, par le mépris et le dénigrement des manifestants, puis par la violence et l'usage disproportionné de la force contre ces manifestants pacifiques entraînant la mort d'Imad El Attabi et Abdelhafid El Haddad, et enfin par l'arrestation arbitraires des leaders du mouvement et plusieurs manifestants.

>> On compte aujourd'hui environ 400 détenus politiques !

Des procès ont déjà jeté en prison plusieurs centaines d'entres eux. D'autres sont en cours ou en préparation de jugement et sont poursuivis en détention (pour la plupart) ou en liberté provisoire. Ces arrestations abusives n'ont épargné ni journalistes ni mineurs. Même les avocats, les défenseurs des droits humains et les familles de détenus sont harcelés et malmenés par les autorités marocaines.

>>

Cette table ronde est donc, l'occasion de revenir sur un an de ce "Hirak du Rif", un an de lutte du peuple rifain pour la liberté, la dignité et la justice sociale.

Tout en abordant l'actualité du Hirak, ses revendications, ses slogans ainsi que la réponse de l'état marocain, les violations des droits humains et les allégations de torture (...etc), il serait aussi judicieux de mettre cette lutte sous une perspective historique pour décrypter ces événements du Rif et revenir sur la longue tradition de lutte de cette région, pour la liberté, l'émancipation et contre le colonialisme. (Abd El Krim Khattabi, la guerre du Rif, la république du Rif, les événements de 58/59 ...etc).

Comment cette histoire peut nous aider à comprendre ce qui se passe aujourd'hui?

Comment l'Histoire peut nous aider à décrypter le sens des symboles, notamment utilisés dans les manifestations actuelles?

Y a-t-il des liens entre cette histoire et ce qui se passe actuellement ? une plaie toujours ouverte?

Cette histoire du Rif, peut-elle nous éclairer sur les perspectives et l'issue du mouvement de contestation populaire actuel ?

Qu'en est-il de ce mouvement aujourd'hui après la vague de répression et d'arrestations?

Comment se sont déroulés ces manifestations?

Quelles en sont les revendications?

Et qu'en est-il de la détention politique au Maroc, des procès arbitraires et inéquitables et de la pratique de la torture ?

>>Ces questions et bien d'autres seront traitées par les interventions de nos invité.e.s, notamment :

Said Bouamama: "de Abdelkrim El Khattabi au Hirak, la mémoire au service de la lutte"

Rosa Moussaoui : "Récit d'une contestation populaire au Rif"

Khadija Ryadi : "du Mouvement 20 février au Hirak du Rif: l'état des droits humains au Maroc?"

***************************

>> ENTREE LIBRE
>> CONTACTS:

Facebbok : Amdh Nord/France

Mail: amdh.nexordfrance@gmexail.com
Tél: 06.51.47.22.43

***************************

Source : https://www.facebook.com/events/1502661999851...
Source : message reçu le 29 novembre 12h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir