Réagir (1)EnvoyeriCalPartager

jeudi 14 juin 2018 à 14h

Le Gouvernement n'a rien compris à la colère des retraités

Les 9 organisations suivantes: CGT, CFTC, CGC, FO, FSU, FGR-FP, Solidaires, UNSA, UNRPA, LSR appellent à intervenir auprès des élus localement le matin et à se faire entendre en participant massivement à LA JOURNÉE NATIONALE D'ACTION UNITAIRE RETRAITE(E)S du JEUDI14 JUIN 2018. RASSEMBLEMENT pour Lille sur la Place du Général De Gaulle à partir de 13h30 (manif à 14h).

Maubeuge, Place de Wattignies à 14h.

Dunkerque, Pôle Marine à 14h

Cambrai, devant la maison des syndicats à 10h30

Arras, place Courbet à 10h

Lens, place de la Gare à 10h

St Omer, place Foch à 10h

Exigeons que le gouvernement et le parlement prennent, sans attendre, l'initiative d'une loi de finances rectificative qui annule la hausse de la CSG pour tous, mette fin au gel des pensions et décide de leur revalorisation.

La pension du retraité n'est pas une allocation sociale, ni une variable d'ajustement mais un droit acquis par le travail.

Le gouvernement, obligé de tenir compte du mécontentement des retraités, imagine qu'en annonçant un allègement de CSG pour les 100000 ménages dont le revenu fiscal de référence (RFF) se situe juste au dessus du seuil retenu pour cette augmentation, soit 14404 euros/an, fera taire la colère de millions de retraités. Comble du mépris, cette décision ne serait effective qu'en 2019!!

Les retraités ne sont pas des nantis, ils pratiquent la solidarité avec leurs enfants et petits enfants. Alors que le gouvernement offre des milliards aux grands patrons et aux plus riches, c'est aux retraité(e)s qu'il demande de compenser la baisse du pouvoir d'achat des salariés!!

Source : message reçu le 12 juin 19h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Ni de gauche, ni de droite

Par Anonyme, le 14/06/2018 à 06:30

Question : Comment le Président des Riches a-t-il pu être conseiller d'un Président de gauche ?

Réponses :

- Le Président de gauche était, en réalité, à droite

- Le moteur de Macron n'était pas la conviction, mais l'ambition