Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

jeudi 27 septembre 2018 à 10h

Les écrivain·e·s africain·e·s sont - il·elle·s des écrivain·e·s comme les autres ?

Dans Je n'ai qu'une langue et ce n'est pas la mienne. Des écrivains à l'épreuve (Pauvert, 2016), Kaoutar Harchi retrace les trajectoires de cinq écrivains algériens de langue française. En analysant les mécanismes qui ont déterminé leur reconnaissance en France, elle montre à quel point cette reconnaissance est une question non seulement littéraire mais aussi politique, faite de lutte et de conquête. Écrire en français est-il suffisant pour être reconnu comme un « écrivain français » ? De toute évidence, non.

Claire Ducournau décortique dans son essai La fabrique des classiques africains. Écrivains d'Afrique subsaharienne francophone (CNRS ed, 2017) la façon dont une œuvre littéraire accède au rang de « classique » lorsque son auteur est issu d'Afrique subsaharienne francophone. En proposant une histoire sociale collective des écrivains depuis 1960, elle décrit par quels mécanismes symboliques et matériels ces écrivains sont devenus, sous différentes formes, des classiques africains.

Modération : Nathalie Carré.

Source : http://www.lacontreallee.com/residences/dun-p…
Source : message reçu le 27 août 14h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir