Réagir (3)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

lundi 15 octobre 2018 à 19h

l'urbanisme lillois, parlons-en !

rencontre et échanges avec l'asso PARC St Sauveur.

  • L'acronyme P.A.R.C. (Protection Aménagement Réappropriation Collective) met en avant le principal objet de l'association : faire valoir, dans l'aménagement du site Saint Sauveur, la préservation et le développement de la nature en ville, la sauvegarde de la biodiversité, la santé publique et la qualité de vie des habitant.es, qu'il s'agisse des riverains, des futur.es habitant.es de ce quartier ou, plus largement, à l'échelle de la ville.
  • L'association a pour objectif de lutter contre tout projet urbain susceptible d'impacter ce cadre de vie. Elle est habilitée à engager tous les recours juridiques nécessaires avec l'aide d'avocats spécialisés en droit de l'environnement.

Source : message reçu le 25 septembre 22h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

𝗖𝗼𝗺𝗺𝘂𝗻𝗶𝗾𝘂é 𝗱𝗲𝘀 𝗮𝘀𝘀𝗼𝗰𝗶𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 𝗣.𝗔.𝗥.𝗖. 𝗦𝗮𝗶𝗻𝘁 𝗦𝗮𝘂𝘃𝗲𝘂𝗿 𝗲𝘁 𝗔.𝗦.𝗣.𝗜.

Par Anonyme, le 09/10/2018 à 12:05

Lille, le 7 octobre 2018

𝗦𝗮𝗶𝗻𝘁 𝗦𝗮𝘂𝘃𝗲𝘂𝗿 : 𝗲𝘁 𝘁𝗼𝘂𝘁 𝗿𝗲𝗱𝗲𝘃𝗶𝗲𝗻𝘁 𝗽𝗼𝘀𝘀𝗶𝗯𝗹𝗲 !

Vendredi 5 octobre, le tribunal administratif de Lille suspend la déclaration d'intérêt général et la mise en compatibilité du plan local d'urbanisme avec le projet Saint Sauveur. Le juge souligne les insuffisances de l'étude d'impact sur la qualité de l'air et réclame des études complémentaires. Dit autrement : la Ville n'a que faire de la bonne santé de ses habitants, au point de bâcler une étude qui nous engage pourtant durablement.

Considérant que ces « insuffisances ont pu nuire à l'information complète de la population », la procédure du « référé-suspension », comme son nom l'indique, suspend le projet en attendant que le juge se prononce définitivement sur le « fond ». La Ville doit refaire son étude, organiser une nouvelle enquête publique : nous voilà revenus en 2015. Autant dire que la piscine olympique servant de « base arrière aux J.O. en 2024 » est enterrée, l'ensemble du projet Saint Sauveur gelé pour plusieurs années.

Plus fondamentalement, la décision du juge rappelle à nos élu.e.s, comme à de mauvais élèves, que la santé publique et la protection de l'environnement sont protégées par la loi. Cette décision porte un coup d'arrêt à la politique urbaine irresponsable et non conforme à l'intérêt général menée par la Ville de Lille, la MEL et la SPL Euralille. Ce n'est pas seulement la victoire d'un éventuel parc contre la bétonnisation de 23ha. Mais celle d'un mode de vie plus humain contre celui, mortifère, des promoteurs, aménageurs, urbanistes, organisateurs de la vie des autres, ces autres dont la qualité de vie est moins « valorisable » que des mètres carrés de bureaux.

Nos deux associations invitent tout.e.s les habitant.e.s soucieus.e.s de leurs conditions de vie à entendre cette décision comme un appel à faire valoir, à Lille et ailleurs, des arguments qui, face à des élu.e.s traitant les voix contestataires avec mépris et croyant pouvoir passer outre les alertes d'associations spécialisées et les réserves d'un commissaire enquêteur, font cependant autorité devant les tribunaux. A entendre cette décision comme un encouragement à reprendre possession de leur vie quotidienne et, au-delà, de leur destinée. Car sur Saint Sauveur, tout reste encore à imaginer…

Elles dédient leur victoire à tou.te.s les habitant.e.s qui vivent quotidiennement les nuisances des politiques de surdensification, aux victimes de la pollution de l'air et des épisodes caniculaires annuels, à tou.te.s les citadin.e.s désespérant de pouvoir bénéficier d'un accès de proximité à la nature et de jouir de paysages plus enchanteurs que les grises citadelles et autres « îlots nordiques ».

Et parce que ce combat ne fait que commencer, elles encouragent chacun à soutenir leur action et à rejoindre la mobilisation !

référé, décision du tribunal administratif !

Par Anonyme, le 05/10/2018 à 21:43

Septembre 2017 : en réponse aux 12000 signataires de la pétition «Stop Lille Etouffe - Sauvons Saint-Sauveur», la Maire de Lille déclare : « tous n'habitent pas Lille ».

Avril 2018 : s'agissant des 600 contributions à l'Enquête Publique, l'Adjoint à l'Urbanisme y voit une « opposition radicale orchestrée par une minorité ».

Septembre 2018 : aux habitants venus protester contre les risques sanitaires et environnementaux d'une politique urbaine de surdensification, la Maire de Lille conseille d'aller « habiter ailleurs ».

Ce VENDREDI 5 OCTOBRE 2018 : le Juge des référés entend la voix des habitant.e.s représenté.e.s par deux associations et SUSPEND LE PROJET DE LA Z.A.C. SAINT-SAUVEUR !

Communiqué de l'association P.A.R.C. Saint Sauveur

Par Anonyme, le 01/10/2018 à 16:38

Communiqué P.A.R.C. Saint Sauveur

Lille, le 30 septembre 2018

Comprenne qui pourra

Lundi 24 septembre 2018, suite à une manifestation de Lillois mécontents de la politique urbaine de leur Ville, Martine Aubry leur dispensait ce (désormais fameux) conseil : « …si certains ne (le) comprennent pas, il faut qu'ils aillent habiter ailleurs » (la Voix du Nord, 25 septembre 2018). Propos dont la violence n'est pas sans rappeler de sinistres invectives, depuis « la France, tu l'aimes ou tu la quittes » jusqu'au très vulgaire « casse-toi pauvre con ». A ce stade, comme le conseillait Brecht, ne serait-il pas plus simple « de dissoudre le peuple et d'en élire un autre » ?

Mais même en changeant de peuple, qui pourrait comprendre le dernier tour de passe-passe urbanistique à très haute valeur ajoutée de Mme Aubry ? Vendredi 28 septembre 2018, celle-ci annonçait en effet la création d'un espace naturel en lieu et place d'une piscine (Marx Dormoy, à Bois-Blancs), deux ans après avoir annoncé la création d'une piscine en lieu et place d'un espace naturel (le Belvédère, à Saint Sauveur). Un projet de parc lancé du beffroi, après un projet de piscine lui-même tombé du ciel. Dans les deux cas, une fois de plus, les habitants des quartiers Centre et Est de Lille, subissant une pollution sans cesse croissante, sont privés d'espaces verts comme de voix au chapitre.

L'association P.A.R.C. Saint-Sauveur tient à rappeler que les administrés de la mairie de Lille ne sont pas les personnages virtuels d'une partie de SimCity et que contrairement à ceux-ci, ils ont besoin de respirer.